-

Le réchauffement climatique : un drame social et humain

rechauffement climatique drame humain - Image par Gerd Altmann

Planète

Le réchauffement climatique : un drame social et humain

Par la rédaction

Le 07/04/2021 et modifié le 08/04/2021

 

Au moment d’évoquer les risques du réchauffement climatique sur l’Homme, les pouvoirs publics se concentrent souvent sur les répercussions financières, économiques et environnementales

Pourtant, ce phénomène expose aussi l’humanité à de graves conséquences sociales, entre l’exacerbation des inégalités et les pertes d’emplois. Paradoxalement, l’homme, à l’origine de ces maux, en détient aussi le remède.

 

Des réfugiés climatiques toujours plus nombreux

Tout le monde ou presque connaît les effets du réchauffement climatique. Les épisodes de forte canicule sont plus fréquents et plus intenses, en particulier dans les régions tempérées et subtropicales. 

Et on parle là de véritable flambée du thermomètre, comparable à la température record de 46°C enregistrée à Vérargues, dans l’Hérault, en juin 2019. De telles montées de chaleur entraînent entre autres une élévation du niveau de la mer, des sécheresses extrêmes et l’infiltration d’eau salée dans les nappes phréatiques.

Sous le poids de ces dérèglements, des régions entières du globe deviennent invivables et inhospitalières, les ressources étant plus rares et plus inaccessibles. Ces facteurs combinés alimentent les conflits et l’instabilité politique et économique, qui poussent des milliers de familles à migrer vers des régions plus accueillantes

L’International Military council on climate and security estime que le nombre de réfugiés climatiques dans le monde dépassera 500 millions de personnes d’ici 2050.

 

Montée température danger pour l'homme

 

Ces flux migratoires font peser un risque significatif sur la stabilité et la sécurité mondiale. 

Ils accentuent également les tensions sociales existantes dans les pays ou régions d’accueil. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la façon dont une partie de l’opinion publique européenne réagit à l’arrivée de quelques milliers de réfugiés sur leurs terres. 

Les problèmes consécutifs aux déplacements massifs de réfugiés climatiques seront d’une tout autre ampleur.

 

Une « injustice climatique » criante

Le monde souffre d’un déséquilibre flagrant dans la distribution des ressources vitales, comme l’eau, la nourriture et l’énergie. Le réchauffement climatique va davantage aggraver la situation. 

Si l’on se fie aux prédictions de l’index Climate Change Vulnerability en 2013, ce sont bien les pays pauvres d’aujourd’hui qui souffriront le plus des dérèglements du climat. 

Une grande partie de ces nations se trouve en Asie du sud-est, en Amérique du Sud et en Afrique, sans oublier les petits États du Pacifique.

La raison de leur forte exposition aux risques climatiques tient à la fois dans leur emplacement, ces pays se trouvent déjà dans des régions où la chaleur est plus élevée que la moyenne, et dans leur organisation politique et sociale. Un pays comme l’Allemagne, par exemple, n’est pas à l’abri des risques d’inondations dévastatrices. Seulement, sa population peut compter sur des services de secours performants capables de l’aider pendant la crise. Les ménages sinistrés bénéficient ensuite de l’assistance et des remboursements des compagnies d’assurance, qui couvrent la quasi-totalité des dégâts.

Ce système de protection n’existe pas, ou très peu, dans les pays pauvres. Leur responsabilité dans le réchauffement climatique reste faible, pourtant, ce sont bien ces nations qui subissent les conséquences les plus dévastatrices (inondations, tempêtes, sécheresses, etc.), sans avoir en plus les moyens adéquats de se protéger et de reconstruire.

 

De fortes chaleurs qui brûlent des emplois

Le réchauffement climatique détruit aussi les emplois. 

Dans un rapport publié en juillet 2019 par l’Organisation internationale du Travail, une hausse de température de 1,5° « seulement » menace l’équivalent de 80 millions de postes à temps plein d’ici 2030. 

Ces destructions d’emploi s’expliquent par le « stress thermique », un phénomène qui oblige les salariés et les employeurs à réorganiser leur emploi du temps dès lors que le mercure grimpe au-dessus de 35°.

Ces contraintes climatiques occasionnent une baisse de productivité et des pertes économiques pouvant atteindre 2 400 milliards de dollars, soit presque l’équivalent du PIB de la France en 2020. 

Ce sont des pans entiers de l’économie, comme la construction et l’agriculture, mais aussi le tourisme et le sport qui sont exposés.

Les pertes inhérentes à ces emplois détruits pèsent bien sûr sur les budgets des États et, par ricochet, sur les prestations sociales auxquelles les populations ont droit. Car même si tout le monde subira les conséquences du réchauffement climatique, ce sont les plus vulnérables qui en souffriront le plus comme les femmes résidant dans les pays pauvres.

 

Une urgence climatique et sociale

Les projections alarmistes de l’OIT, du GIEC et des autres climatologues ne servent pas uniquement à sensibiliser les décideurs politiques et l’opinion publique. Ces données offrent aussi une description juste et mesurée des défis climatiques et sociaux qui attendent les États dans un avenir proche.

La France et des dizaines d’autres pays font des efforts pour réduire leurs émissions de CO2. Pourtant, les orientations énergétiques décidées dans le cadre de l’Accord de Paris se révèlent insuffisantes pour prévenir tous les problèmes découlant du réchauffement climatique. 

Les politiques environnementales actuelles doivent aussi intégrer la dimension sociale et humaine. 

Aux mesures de compensation écologiques doit s’ajouter une stratégie à long terme permettant de gérer et/ou prévenir les déplacements de masse causés par la détérioration de l’environnement.

Bien sûr, la solution la plus évidente consiste à réduire drastiquement les dépenses en énergie et les émissions en gaz à effet de serre, un remède qui implique l’ensemble de la population. Autrement dit, c’est l’ensemble de notre mode de vie, très énergivore et trop polluant, qui a besoin d’être réformé.

 

Je partage l'article

3

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement climatique avec Save 4 Planet ?

Une question : posez la sur le Forum ! ou Répondez à celles posées !  

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 commentaire(s)

icon arrow-top